UdPPC Section Académique bretonne
Pour l’enseignement en physique et chimie

Categories

Accueil > Supérieur > Des chercheurs à l’honneur

Des chercheurs à l’honneur

samedi 13 décembre 2014, par Guillaume Minier

Quatre chercheurs rennais médaillés par le CNRS.
Catherine Dupont, Jean-François Carpentier, Alexandra Langlais et Fabrice Pointillart conduisent leurs recherches au sein d’unités mixtes dont Rennes 1 est co-tutelle.
J.- F.Carpentier (argent) et F. Pointillart (bronze) sont membres de l’Institut des sciences chimiques de Rennes. La médaille de bronze récompense Alexandra Langlais, juriste à l’Institut de l’Ouest : Droit et Europe (IODE) et Catherine Dupont, archéomalacologue au Centre de recherche en archéologie, archéosciences histoire (CReAAH).

https://www.univ-rennes1.fr/actualites/quatre-medailles-du-cnrs-sur-les-campus-de-rennes-1-en-2014

Virtuose de la catalyse : Jean-François Carpentier, médaille d’argent

Professeur de classe exceptionnelle à Rennes 1 où il enseigne la chimie aux étudiants de licence et de master, Jean-François Carpentier y dirige l’école doctorale SDLM. Il conduit sa recherche à l’ISCR en tant que responsable de l’équipe "Organométalliques et Catalyse". La médaille d’argent du CNRS distingue à la fois J.-F. Carpentier pour ses avancées fondamentales dans la compréhension des mécanismes de contrôle de la stéréosélectivité, et pour ses travaux originaux et élégants sur la catalyse de polymérisation, dont les applications intéressent l’industrie. Ses recherches ouvrent des perspectives dans le domaine des écomatériaux bio-sourcés, synthétisés en s’affranchissant de la chimie du pétrole, selon des procédés dont la nocivité pour l’environnement est drastiquement réduite. J.-F. Carpentier a reçu en octobre le prix Germaine et André Lequeux 2014 de l’Académie des Sciences.

Archéologue des coquillages : Catherine Dupont, médaille de bronze

Chargée de recherche CNRS au Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (CReAAH - OSUR), Catherine Dupont est archéomalacologue, c’est à dire spécialiste des mollusques, échinodermes et crustacés abandonnés dans le passé par les populations humaines qui vivaient alors le plus souvent sur le littoral, mais aussi jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres de la côte. La chercheuse, spécialiste de biologie marine autant que d’archéologie, est récompensée pour ses travaux qui réhabilitent, en tant qu’objets d’études archéologiques, des vestiges jusqu’ici considérés comme de simples rebuts. Leur étude permet d’éclairer aussi bien le passé des populations littorales que de leur environnement. C. Dupont s’est vu décerner la médaille de bronze du CNRS le 10 octobre dernier.

Une juriste sur le terrain de l’environnement : Alexandra Langlais, médaille de bronze

Juriste, chargée de recherche CNRS à l’Institut de l’Ouest : Droit et Europe (IODE), Alexandra Langlais s’intéresse actuellement à la notion de services rendus par les écosystèmes pour le bien-être humain (par ex. la régulation du climat, de la qualité de l’air, l’accès à des lieux de loisirs et tout particulièrement la capacité de fournir de la nourriture ou du bois). Son approche originale de sa discipline conduit A. Langlais à travailler en amont du droit et à mener un travail de terrain, de concert avec des spécialistes de la biodiversité pour mieux saisir et identifier les enjeux juridiques. Dans ce cadre, elle est notamment associée à l’OSUR dans une étude portant sur l’identification et la gestion des trames vertes. A. Langlais examine tout particulièrement l’articulation entre la notion de services écosystémiques et celle de paiements pour services environnementaux, en analysant la manière dont ces notions récentes se voient accueillies par le droit ou peuvent l’être. Forte d’une expertise bien reconnue sur ces sujets qui lui valent la médaille de bronze du CNRS, elle est souvent sollicitée par des preneurs de décision.

Architecte de molécules-aimants : Fabrice Pointillart, médaille de bronze

Chimiste, chargé de recherche CNRS à l’Institut des sciences chimiques de Rennes dans l’équipe de J.-F. Carpentier, F. Pointillart reçoit la médaille de bronze pour ses recherches sur des matériaux qui combinent la conductivité électrique et d’autres propriétés, telles que le magnétisme ou la luminescence. Il en étudie la structure par diffraction des rayons X sur monocristal, et les propriétés à l’aide d’instruments de type magnétomètre, spectrofluoromètre ou source synchrotron. F. Pointillart s’attache notamment à montrer la corrélation entre magnétisme et structure des matériaux à partir de la combinaison de leurs propriétés magnétiques et luminescentes. Particulièrement engagé dans le montage et la gestion de projets, il a développé un large réseau de collaboration à l’international.